Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Loisirs / Tourisme / La Commune / Histoire
Actions sur le document

Histoire


L'histoire de l'entité braivoise remonte à la préhistoire.
 
De nombreux vestiges paléolithiques et néolithiques, des puits et des galeries d'extraction de silex : bifaces, éclats et racloirs récoltés à Braives et à Latinne attestent d'une présence humaine à cette époque. Un seul site, "Aux Golettes" à Latinne, a fait l'objet d'une observation détaillée. La période néolithique, basée sur l'agriculture et l'élevage, arrive avec de nouvelles populations originaires de la péninsule balkanique. Ces populations arrivent en Europe occidentale en longeant les grands fleuves.
  
Ces premiers agriculteurs s'installent en Hesbaye, entre Méhaigne et Geer, dans la seconde moitié du sixième millénaire avant J.-C. Le climat est plus doux et plus humide et ces nouveaux arrivants y cultivent le blé dur, les légumineuses, pois et lentilles, ainsi que le lin. Ils élèvent du gros bétail, bovidés, porcs, chèvres, moutons. Au 19ème siècle, on a découvert plusieurs "cités" à Omal ensuite à Latinne et Tourinne d'où le nom général d'"Omaliens". Ils introduisent une innovation remarquable : la céramique. Ils fabriquent leurs pots en superposant des boudins de terre en spirale.
 
Vers 4400 avant J.-C., dans la vallée de la Méhaigne, Avennes devient un centre important de l'extraction du silex. Dans le courant du deuxième millénaire avant J.-C., l'usage du bronze se répand lentement dans nos régions. Vers 700 avant J.-C., des conquérants venus de Bavière apportent le fer. On retrouvera une dizaine de fosses non funéraires à Pitet, Fumal et Avennes. Elles contenaient surtout de la céramique. La dernière décennie a vu s'élever quelques petites maisons en bois qui ont constitué le noyau de l'agglomération.
 
Au 2ème siècle, des échanges avec les régions du Rhin, de la Gaule, d'Italie, d'Espagne amènent chez nous des huîtres, du vin.... On a décelé des villas à Latinne, Brivioulle, Ville-en-Hesbaye et Ciplet. Vers la fin du 3ème siècle, on élève un rempart.
 
Au 4ème siècle, l'empereur Constantin perfectionne la stratégie défensive de l'Empire face aux Germains. La forteresse subsiste jusqu'aux environs de 350. A partir de l'hiver 406, les invasions sont massives et destructrices. Vers la fin du 5ème siècle, on remet le sol en état d'être cultivé. C'est l'apparition de nos villages...
 
Cette région, pendant plusieurs siècles a été convoitée par de puissants féodaux. On peut encore y voir, datant de plusieurs centaines d'années, des constructions auxquelles sont venues s'ajouter, au siècle dernier et plus récemment encore, des bâtiments très diversifiés. Quelques siècles plus tard, ensemble ils forment l'entité de Braives. A l'exception de Tourinne sis dans la vallée du Geer, tous les villages sont riverains de la Méhaigne, affluent de la rive gauche de la Meuse.